Article n°5: « L’apprentissage et l’entraînement »

Sujet de saison, pour ce cinquième article Sifu Marcus SCHÜSSLER nous explique qu’est-ce qui est différent dans le concept d’apprentissage et d’entraînement de l’IUEWT

Wing Chun Wing Tsun Kung Fu Lyon

L’IUEWT (Union Internationale d’Escrima et de Wing Tsun) enseigne deux arts martiaux logiques de provenances culturelles différentes: le Wing Tsun, originaire de Chine et l’Escrima, dont les racines sont aux Philippines. Cependant malgré leur origine culturelle différente, ces deux arts martiaux ont un point commun: ils cultivent une utilisation efficace et logique du corps comme base d’une défense optimale.

Désir de démarcation et création de nouveaux styles

À quelques exceptions, les différents sports de combat et arts martiaux s’efforcent de se démarquer au maximum les uns des autres en soulignant leurs originalités et leurs particularités. Pratiqués par des êtres humains, ils impriment leur désir d’originalité à leurs disciplines, jouant de ce puissant ressort pour conférer à leurs sports de combat et arts martiaux une position unique. Dans le même temps, ces nouveautés doivent aussi suggérer une certaine position de suprématie sur les plans personnel, social ou économique.

En raison de cette forte dynamique de distinction, il ne cesse de se créer des styles nouveaux car toute introduction d’une différence constitue une nouvelle variante stylistique, donc un nouveau style.

La relève ne cessant d’affluer, les jeunes pratiquants recherchent également l’originalité créant ainsi des styles toujours nouveaux en innovant par rapport à la forme antérieure par des différences minimales ou au contraire maximales.

Wing Tsun et Escrima : une seule et même logique

Mais si on observe le Wing Tsun et l’Escrima, on constate que les deux styles ont un tronc d’action commun : la logique. Ainsi, les deux ont une systématique commune qui s’illustre différemment du point de vue du style en raison des origines culturelles différentes. Les deux styles comprennent bien des différences dans les explications, le choix des mots, les méthodes d’entraînement, etc; et pourtant les deux suivent la même plan d’action : la logique.

 Les fondations de l’enseignement à l’IUEWT :

                                           La logique

Sur cette base, le concept d’entraînement de l’IUEWT s’est développé au cours de ces dernières années. Le socle de l’enseignement ne se trouve pas dans une innombrable pluralité de techniques mais dans un enseignement intense a priori des concepts/de la logique. Dès lors, le processus d’enseignement est agencé de telle sorte que l’élève crée lui-même sa propre pluralité technique à partir des concepts.

Le but est ainsi d’empêcher que, par la confusion créée par le désordre d’innombrables techniques, les concepts ne puissent plus être appréhendés, appliqués de façon cohérente ou même ne plus être du tout identifiés.

Ainsi, on évite une méthode d’enseignement « juste/faux », qui mettrait un corset trop contraignant à l’élève en le sensibilisant à une considération « juste/fausse » d’éléments stylistiques. Cette collection de techniques stylistiques risque ensuite de se transformer en « un patrimoine sacré » ; notion qui a l’inconvénient de figer l’élève dans une position d’apprentissage qu’il détestera quitter, même si son référentiel n’est pas toujours juste.

Par la priorité donnée à la transmission des concepts, on veut aussi éveiller chez l’élève le besoin créatif de découverte pour qu’il puisse développer avec ces outils sa propre forme et sa propre pluralité technique dans le cadre du concept.

Principes Wing Chun Wing Tsun Kung Fu Lyon

Aborder d’abord les principes pour renforcer leur compréhension pas à pas

Dans l’ancienne méthode d’enseignement traditionnel des sports de combat et d’arts martiaux, les techniques sont prédéfinies comme des objectifs d’apprentissage, ce qui revient à apprendre sans objectif. Un objectif ne peut pas être concrétisé par le seul apprentissage de techniques, mais l’apprentissage doit être vivifié librement et créativement par les multiples techniques.

Cependant, le travail d’apprentissage nécessaire pour intégrer à un haut niveau de multiples techniques dans un ensemble logique est trop éprouvant. Il est dès lors judicieux de placer d’emblée le cadre global au premier plan et de l’élaborer par petites étapes.

L’apprentissage l’IUEWT aborde donc toujours ces deux aspects : petites étapes techniques à l’intérieur du vaste cadre conceptuel. En outre, par l’approche de deux styles visant la même systématique, on développe une compréhension plus globale et un travail corporel qui se complètent mutuellement.

Wing Tsun et Escrima : entraînements avec et sans armes.

Wing Chun Wing Tsun Kung Fu LyonComme le Wing Tsun et l’Escrima ont une approche différente des entraînements sans et avec armes, une controverse se demandait s’il était judicieux de commencer l’enseignement avec ou sans armes. En Wing Tsun, on pratique d’abord longtemps un travail corporel sans armes, tandis qu’en Escrima on débute le travail corporel principalement avec la pratique des armes. Ensuite, dans les deux styles, l’essentiel des efforts s’inverse et investit la pratique opposée. Malheureusement, dans le passé, cela a souvent été mal expliqué. En effet, une fois abordé le travail des armes en Wing Tsun et à mains nues en Escirma, les deux modes d’entraînement se poursuivent dans un rapport alterné et équilibré l’un par rapport à l’autre.

L’IUEWTbart-cham-dao-wing-chun Wing Chun Wing Tsun Kung Fu Lyon a pour objectif de rééquilibrer ce rapport permettant ainsi aux élèves un apprentissage équilibré avec des résultats efficients. Bien sûr, on comprendra sans plus d’explications qu’il s’agit d’un processus demandant des années de préparation !

Le concept d’entraînement de l’IUEWT peut se résumer grâce aux points clefs suivants :

  • Deux styles, une systématique

  • Les fondations conceptuelles sont abordées en profondeur dès le début, une élaboration créative des contenus techniques est encouragée

  • Pas d’obligations d’apprendre deux styles

  • Les différentes démarches d’entraînement des deux styles se complètent grâce à une même logique

  • Les différents exercices d’entraînement du corps dans les deux styles se complètent.

  • La conception de l’enseignement laisse de grande plage de liberté au développement individuel de l’élève

  • Pas méthodologie « faux/juste » dans l’enseignement pour éviter toute sacralisation du style

  • Pas de méthodologie « faux/juste » dans l’enseignement pour conserver la créativité

  • Des programmes d’enseignement/processus d’apprentissage classiques qui, plus tard, alternent constamment entre les entraînements avec et sans armes pour développer la propre créativité de l’élève.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *